2016, Année de la Miséricorde !


UKRAINELe Pape François a proclamé que 2016 serait l' »Année de la Miséricorde ». Il dirige par là notre attention vers la caractéristique essentielle de Dieu. Il n’est pas de plus haute ni de plus réconfortante vérité que celle de savoir que Dieu est Amour et Miséricorde. Il se révèle même à nous comme un père à qui nous pouvons dire de façon familière et en toute confiance « Abba, Papa ».

Mais si Dieu est infiniment bon, pourquoi autorise-t-il la souffrance ? Ne se rend-il pas ainsi complice de la misère du monde ? En aucun cas. Dieu n’a jamais voulu la souffrance ni la mort, de même qu’Il n’a jamais voulu leur cause, qui est le péché. Dans sa miséricorde, Dieu a, au contraire, pris sur lui la souffrance de toute la Création. Et en la portant dans un Amour infini, il a vaincu le mal et donné à la souffrance une puissance et une valeur rédemptrices. Le péché originel des premiers hommes et tous nos péchés ont donné et donnent de plus en plus de pouvoir au mal. Dans sa haine, Satan utilise ce pouvoir pour nous nuire par des catastrophes et des guerres, par la souffrance et la mort, et dès qu’il le peut, pour nous séparer de Dieu.

Mais par l’Amour, il peut être renversé et vaincu. Si maintenant la souffrance, la maladie ou le malheur viennent à nous, et que nous en faisons comme Jésus une offrande d’Amour, alors Il pourra continuer son œuvre de Salut en nous. C’est aussi ce que confesse Saint Paul lorsqu’il écrit : « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi. » En d’autres termes : « Ce n’est plus moi qui souffre, mais le Christ qui souffre en moi. » Si nous supportons la souffrance avec le regard et la force du Christ, nous arrachons justement à Satan tout le pouvoir que nos péchés lui ont donné.

Et bien plus encore : nous pouvons consacrer aux autres la valeur rédemptrice de cette souffrance supportée avec abnégation et Amour. Elle deviendra ainsi bénédiction et salut non seulement pour nous, mais aussi pour ceux qui nous sont confiés. C’est le grand mystère de la Miséricorde Divine, du Salut et de la Co-rédemption. Quel réconfort, pour nous chrétiens, que de savoir cela ! Combien les personnes frappées par la guerre et les catastrophes, mais aussi les malades et les personnes isolées ou âgées ont besoin de cette consolation divine !

Nous avons tous une mission importante : participer au Salut du monde, à la victoire sur le mal par l’Amour. C’est exactement ce que décrit le Saint Pape Jean-Paul II quand il dit : « Dans un merveilleux échange de biens spirituels, la sainteté de l’un apporte aux autres un bénéfice bien supérieur au dommage que le péché de l’un a pu causer aux autres. Il y a des personnes qui laissent derrière elles comme un surplus d’Amour, de souffrance supportée, de pureté et de vérité, qui se déverse sur les autres et les soutient.

P. Martin Barta, assistant ecclésiastique de l’AED (photo)

P. Martin