Mère Teresa, exemple de Miséricorde


TERESA2Mère Teresa vient d’être canonisée, dimanche 4 décembre, par le Pape François. Elle fut un exemple de Miséricorde.

« Mère Teresa, tout au long de son existence, a été une généreuse dispensatrice de la miséricorde divine, en se rendant disponible à travers l’accueil et la défense de la vie humaine, la vie dans le sein maternel comme la vie abandonnée et rejetée. Elle s’est dépensée dans la défense de la vie, en proclamant sans relâche que « celui qui n’est pas encore né est le plus faible, le plus petit, le plus misérable ». Elle s’est penchée sur les personnes abattues qu’on laisse mourir au bord des routes, en reconnaissant la dignité que Dieu leur a donnée ; elle a fait entendre sa voix aux puissants de la terre, afin qu’ils reconnaissent leurs fautes face aux crimes – face aux crimes – de la pauvreté qu’ils ont créée eux-mêmes. La miséricorde a été pour elle le ‘‘sel’’ qui donnait de la saveur à chacune de ses œuvres, et la ‘‘lumière’’ qui éclairait les ténèbres de ceux qui n’avaient même plus de larmes pour pleurer leur pauvreté et leur souffrance.

India, Calcutta, 1961 Accompanied by Mother Teresa, Father Werenfried visits poor and sick people during his trip to India.

Sa mission dans les périphéries des villes et dans les périphéries existentielles perdure de nos jours comme un témoignage éloquent de la proximité de Dieu aux pauvres parmi les pauvres. Aujourd’hui, je remets cette figure emblématique de femme et de consacrée au monde du volontariat : qu’elle soit votre modèle de sainteté ! Je crois qu’il nous sera un peu difficile de l’appeler sainte Teresa ; sa sainteté nous est si proche, si tendre et si féconde que spontanément nous continuerons de lui dire : ‘‘Mère Teresa’’. Que cet infatigable artisan de miséricorde nous aide à comprendre toujours mieux que notre unique critère d’action est l’amour gratuit, libre de toute idéologie et de tout lien et offert à tous sans distinction de langue, de culture, de race ou de religion. Mère Teresa aimait dire : « Je ne parle peut-être pas leur langue, mais je peux sourire ». Portons son sourire le dans le cœur et offrons-le à ceux que nous rencontrons sur notre chemin, surtout à ceux qui souffrent. Nous ouvrirons ainsi des horizons de joie et d’espérance à tant de personnes découragées, qui ont besoin aussi bien de compréhension que de tendresse. »

Extrait de l’homélie de la canonisation de Mère Teresa de Calcutta


Samedi 3 septembre, le Pape François s’adressait ainsi à des bénévoles : « Vous êtes des artisans de la miséricorde : par vos mains, vos yeux, votre écoute, votre proximité, par vos caresses… Des artisans ! Vous exprimez l’un des désirs les plus beaux du cœur de l’homme, celui de faire sentir à une personne qui souffre qu’elle est aimée. » *

Défi de la semaine : réfléchir à ce que vous pourriez faire cette année (bénévolat ou toute autre forme d’aide), pour faire sentir à des personnes qui souffrent qu’elles sont aimées.

*traduction Zenit

“Nous réalisons que ce que nous accomplissons n’est qu’une goutte dans l’océan. Mais si cette goutte n’existait pas dans l’océan, elle manquerait.”
“Ne laissez personne venir à vous et repartir sans être plus heureux.”
“Nous ne saurons jamais tout le bien qu’un simple sourire peut être capable de faire.”
“Ce qui compte ce n’est pas ce que l’on donne, mais l’amour avec lequel on donne.”

Sainte Mère Teresa